Test 4K Ultra HD Blu-ray : Jurassic Park (25ème anniversaire)

Publié le par la Rédaction



Généticien de génie, le professeur John Hammond a recréé de nombreuses espèces de dinosaures à partir d'une goutte de sang prélevée sur un moustique fossilisé. Il projette d'ouvrir un gigantesque et terrifiant parc d'attractions. Mais la pureté de son rêve se heurte à la cupidité des hommes et à la violence latente et indomptable de la nature...

Comme toutes les oeuvres signées Steven Spielberg, Jurassic Park méritait une remasterisation 4K de qualité. La précédente édition Blu-ray n'était pas exempt de défaut (edge enhancement, granulation forte) et était accolée à une très modeste réputation. Universal a-t-il profité de ce 25ème anniversaire ainsi que de la sortie de Jurassic World II dans les salles obscures pour corriger le tir ?

Réponse de suite avec le test de l'édition 4K Ultra HD Blu-ray disponible depuis peu chez Universal France.





NB : Les comparatifs image (compression .jpg, 8-bit) sont strictement à usage illustratif et sont non représentatifs de ce que l'Ultra HD Blu-ray diffusera sur votre écran UHD HDR calibré.

Qualité Vidéo

Tourné en 35mm, Jurassic Park nous est présenté aujourd'hui en résolution 2160p, compression HEVC et technologie HDR10.

Selon nos observations, Universal semble être reparti sur un précédent master sur lequel quelques points problématiques ont été corrigés. Des retouches, dont certaines réalisées pour la conversion 3D en 2013, ont été ajoutées également. Mais allons droit au but. Les résultats sont mitigés.

Une parenthèse !

Universal proposait en 2011 la première édition Blu-ray de Jurassic Park avec des images compressées en VC-1. Il s'agissait d'images lumineuses, sans DNR grossier mais accusant d'un renforcement quelque peu artificiel des contours et d'une granulation 35mm forte. Une conversion 3D fut opérée pour le 20ème anniversaire du film en 2013. Universal était reparti sur le même matériel source que l'édition Blu-ray de 2011, mais en avait profité pour lisser le grain, apporter un nouvel étalonnage couleurs très discutable (beaucoup plus chaud) et aussi quelques retouches numériques : on pense à l'effacement des fils et câbles animant marionnettes et débris de véhicules et des corrections inutiles de chevelure. Cette excellente vidéo comparative retrace les différents changements opérés lors de la conversion 3D.

Sachez que selon nos observations, pour l'actuelle édition 4K Blu-ray, Universal n'a conservé que certaines des retouches numériques réalisées. Pas toutes. Un exemple avec ce plan (Blu-ray 2011 vs 4K Blu-ray 2018) où l'on décèle bien l'effacement des câbles animant les crêtes du dilophosaure :




Des corrections mais pas de remasterisation 4K digne de ce nom

L'absence vraisemblable de remasterisation 4K de qualité se fait très vite ressentir avec la présence de poussières pellicules parasites qui continuent ici et là à entacher la copie. Le piqué d'image reste surtout très mollasson. Le grain image 35mm est plus modéré que sur le précédent Blu-ray (2011). Il est conservé et reste plus fin. Sa tenue est correcte et moins capricieuse qu'en Blu-ray. L'edge enhancement, et cette accenturation un peu surfaite des contours, n'a plus lieu. Les images sont plus lisses et globalement plus fines que le Blu-ray.

Mais tout ce processus de correction s'est effectué avec quelques fausses notes dont un usage de DNR. Des plans affichent des signes révélateurs d'une réduction de bruit artificielle. Et comme résultat, un constat : ces plans demeurent presque mieux définis en Blu-ray qu'en UHD Blu-ray. Cherchez l'erreur... Tout simplement en raison du fait que l'usage de DNR a malheureusement lissé des détails image importants et a mis à mal quelque peu la qualité de restitution des textures. Sur un titre aussi important que Jurassic Park, c'est décevant.






Des bons points

L'usage du format de compression HEVC qui supplante le vieillissant VC-1 apporte une compression vidéo plus solide, et de plus fins détails parviennent à respirer tout de même, surtout sur les plans larges les plus complexes. En matière de couleurs, c'est également mieux qu'auparavant avec des changements perceptibles. Le code couleurs reste le même, globalement. Mais les plans les plus ternes en Blu-ray ont été corrigés. On a noté aussi une meilleure restitution des couleurs primaires (rouges plus vifs), des contrastes rééquilibrés et des teintes chair un peu plus chaleureuses. Les noirs paraissent plus profonds. Les hautes lumières étaient problématiques en Blu-ray (la fenêtre ainsi que la chemise blanche "cramée de John Hammond" lors de la séquence en hélico à 16 minutes). Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

BILAN MITIGE :

Du bon mais surtout du moins bon pour cette nouvelle version de Jurassic Park. Notre sentiment est que ce titre important méritait tout de même un travail de restauration 4K digne de ce nom (nouveau scan des pellicules originales et moins de triturages numériques). Les prestations offertes aujourd'hui restent bien en deçà de nos attentes.






















Qualité Audio

Jurassic Park fait partie des mixages audio les plus mémorables signés d'un artiste que l'on adule véritablement : Gary Rydstrom. Ce dernier s’est illustré tout au long de sa carrière par la virtuosité de ses mixages. On lui doit ll faut sauver le soldat Ryan, Star Wars - La Menace Fantôme, Toy Story ainsi que les deux premiers volets de Jurassic Park.

Jurassic Park était à l'époque le premier film à exploiter dans les salles obscures le codec DTS. Et quel plaisir de redécouvrir ce mixage audio mémorable dans le format le plus haut de gamme offert par DTS : le DTS:X (Core DTS-HD Master Audio 7.1).

Il s'agit d'une bande-son toujours aussi efficace et démonstrative, nourrie de sonorités riches en poids et volume sonore. L'activité déployée est régulièrement agressive. La spatialisation demeure toujours aussi large et détaillée, davantage aujourd'hui avec le renforcement vertical. Le niveau de détail des sonorités porte la signature de leur créateur... Les ambiances naturelles sont toujours aussi immersives (dont cette pluie battante lors du premier affrontement avec le Tyranosaure). Les manifestations les plus violentes des créatures sont littéralement effroyables. Une expérience pas comme les autres ! De nouveau, le registre grave soutient l’ensemble des chapitres avec ferveur. Mention toujours aussi spéciale pour les fameux pas du T-Rex qui font trembler le verre d'eau. Une scène iconique avec du génie sonore couplé à une partition magique de John Williams. La VF DTS 5.1 demeure inchangée par rapport au Blu-ray de 2011.






Bonus

Pas de bonus sur le disque 4K. On retrouve les suppléments de l'édition Blu-ray (2011) :

- Retour à Jurassic Park
- Documentaires d'archives
- Les coulisses du tournage
- Le film-annonce (SD - 1.11 minutes)
- Faire le jeu (HD - 4.43 minutes)
- Mes scènes

Conclusion

Classique totalement incontournable tiré du catalogue Universal et de la filmographie de Spielberg, Jurassic Park pour son 25ème anniversaire apporte quelques "corrections" mais il ne s'agit certainement pas d'une restauration 4K digne de ce nom. L'apport principal réside dans l'affinement de la granulation 35mm et dans l'étalonnage couleur HDR. Un usage malheureux de DNR a été observé et apporte de vrais fausses notes. La piste DTS:X rehausse quelque peu notre appréciation.

Une édition clairement à demi-teinte. A acquérir en connaissance de cause...