Test 4K Ultra HD Blu-ray : Un jour sans fin

Publié le par la Rédaction



 

Synopsis

Un météorologue prétentieux, couvrant un événement local dans une ville de province, a la surprise de se réveiller le lendemain... le même jour que la veille ! Et ce phénomène inquiétant se répète de jour en jour, bouleversant la vie et la personnalité du malheureux...

Derrière l’apparence d’une petite comédie romantique comme il en existe tant, ce film mis en scène par Harold Ramis reste un véritable bijou de spiritualité. C'est en embrassant chaque situation présente, en cherchant à s'améliorer et surtout à faire preuve de compassion que le personnage Phil Connors, ce météorologue incarné par Bill Murray, d'abord prisonnier du labyrinthe temporel, parviendra à s'en libérer. En résulte un conte philosophique à la fois divertissant, attachant et didactique. Qu'arriverait-il si nous vivions ancrés dans l'instant présent sans nous préoccuper du temps qu'il fera demain ? Un incontournable.

NB : Les comparatifs image (compression .jpg, 8-bit) sont strictement à usage illustratif et sont non représentatifs de ce que l'Ultra HD Blu-ray diffusera sur votre écran UHD HDR calibré.

Qualité Vidéo

Sorti en 1993 dans les salles de cinéma, Un jour sans fin a été tourné en 35mm à l'aide de caméras Panavision Panaflex. Le film avait fait l'objet d'une édition Blu-ray en France en 2009. Pour son 25ème anniversaire célébré en 2018, Sony Pictures a entrepris la remasterisation du long métrage d'Harold Ramis avec l'émergence d'un nouveau master 4K HDR depuis lequel cette édition Ultra HD Blu-ray (elle-même sous-titrée 25ème anniversaire) est tirée. La compression vidéo a été réalisée à l'aide du codec HEVC (bitrate moyen mesuré à 60108 kbps). On retrouve la technologie HDR10.

L'amélioration par rapport au précédent Blu-ray est une totale évidence. Une fois encore, Sony Pictures nous propose une mise à niveau au combien significative. Comparativement au précédent master (2009), on note dans un premier temps un léger recadrage marqué par un décalage vertical qui n'a néanmoins pas d'incidence négative. Nouveau scan il y a eu ainsi qu'une restauration essentielle grâce à laquelle les poussières pellicules entachant la précédente copie sont de l'histoire ancienne. En matière de définition, l'apport est considérable avec un affinement des détails qui profite à la qualité totalité des séquences. La définition est bien plus élégante qu'auparavant : les visages de Bill Murrey et d'Andie MacDowell, les plans larges de la foule célébrant le Jour de la Marmotte, les vêtements, les décors... Fini les tons grisonnants du précédent master ! L'étalonnage a été modernisé de façon significative avec des contrastes bien moins maussades, des blancs plus purs et lumineux (la neige) et une température s'ajustant de façon réaliste aux environnements traversés (plutôt froide sur les extérieurs hivernaux de Punxsutawney, et plus chaleureuse à l'intérieur de l'hotel et du 'Tip Top Cafe' ). A cela s'ajoutent quelques touches de primaires saturés (les bonnets rouges des figurants, le manteau bleu de Rita) et une structure argentique intacte.

Qualité Audio

Cette excellente comédie est à redécouvrir en Dolby Atmos (core TrueHD 7.1, bitrate moyen de 5375 kbps). Le film d'Harold Ramis n'est pas forcément voué à un spectacle multicanal époustouflant. Mais l'expérience reste plaisante. Cette VO autorise globalement une représentation réaliste et agréable des sonorités dialoguées et ambiantes. Il s'agit d'un mixage sympathique s'appuyant sur une solide scène frontale et quelques effets atmosphériques plutôt bien spatialisés (le blizzard, l'ambiance de fête foraine, le bal dansant). Mention spéciale à la clarté des titres musicaux. Moins expressive dans son rendu multicanal, la VF est présentée en Dolby Digital 5.1.

Bonus

- Picture in Picture et Commentaire du réalisateur Harold Ramis
- Un Jour pas comme les autre : Interview d’Harold Ramis
- Le Poid du Temps
- Documentaire sur les marmottes
- Six scènes coupées
- Bandes-annonces

Conclusion

Comédie à la fois génialement interprétée et habillement écrite, Un jour sans fin bénéficie sans aucun doute - permis ni possible - de son passage à l'Ultra Haute Définition avec une remasterisation 4K digne de ce nom. C'est une mise à jour franche et massive par rapport aux propositions du précédent Blu-ray. Edition donc hautement recommandée !