Test 4K Ultra HD Blu-ray : Le Cinquième Élément (UK 2020)

Publié le par la Rédaction



 

Synopsis

Le Mal s'apprête à détruire la Terre. Un vieux moine est dépositaire d'un secret cosmique : seuls les quatre éléments associés à un cinquième sont capables de repousser le Mal. Or ce Cinquième élément, détruit par l'armée, reconstitué par les scientifiques, prend la fuite et atterrit dans le taxi de Korben Dallas. Celui-ci est alors mandaté pour récupérer les quatre autres éléments. 

Il s'agit d'un test comparatif atypique aujourd'hui focalisé sur la comparaison des deux éditions 4K Ultra HD Blu-ray disponibles sur le marché pour Le Cinquième Élément de Luc Besson : Edition 2020 Studiocanal (UK) vs Edition 2017 Sony Pictures (USA).

NB : Les comparatifs image (compression .jpg, 8-bit) sont strictement à usage illustratif et sont non représentatifs de ce que l'Ultra HD Blu-ray diffusera sur votre écran UHD HDR calibré.

Qualité Vidéo

Le Cinquième Élément célébrait en 2017 son 20ème anniversaire. L'oeuvre de Luc Besson avait bénéficié chez Sony Pictures d'une remasterisation 4K opérée en 2015. Ce master 4K avait permis à l'éditeur de sortir aux USA une édition Blu-ray remasterisée du film (2015). Puis, en 2017, une première édition 4K Ultra HD Blu-ray. Celle-ci bénéficiait de la technologie HDR10.

Chez nos voisins britanniques, Studiocanal commercialise depuis plusieurs semaines une édition 4K Ultra Blu-ray flambant neuve du Cinquième Élément bénéficiant d'une compression vidéo plus avantageuse, un nouveau color grading et de la technologie Dolby Vision. Les différences entre les deux Blu-ray UHD étant tout de même significatives, il nous a semblé bon de nous attarder sur cette édition signée Studiocanal pour couvrir toute l'offre existante.

Premier constat : le cadrage est strictement identique entre les deux éditions. La présence anecdotique de rares poussières pellicules est confirmée sur les deux disques aux mêmes endroits. Preuve que le matériel source employé est similaire entre les deux versions. Aussi, le rendu des effets spéciaux est identique. C'est le point faible du film qui commence à vieillir sur ce registre.

L'édition britannique signée Studiocanal gagne selon nous en subtilité et finesse de représentation. Le grain 35mm apparaît affiné et moins rugueux. La compression vidéo qui bénéficie d'un bitrate moyen de 79 Mb/s contre 51 Mb/s pour l'édition de Sony Pictures joue sans doute un rôle important. L'édition britannique apparaît véritablement transparente et naturelle à ce niveau. Les lignes et textures s'affinent (prêtez attention aux seules costumes des officiers, ou celui de Vito Cornelius), là où l'édition Sony Pictures propose un rendu plus accrocheur et rugueux. Il semble aujourd'hui indéniable que l'éditeur avait usé de filtres d'accentuation (Edge Enhancement) pour une sensation plus artificielle de la netteté. La version 4K de Studiocanal apparaît globalement plus douce mais agréablement plus naturelle en termes de représentation des textures. Gardez toutefois à l'esprit qu'il s'agit de nuances subtiles...

Un nouvel étalonnage des couleurs a été supervisé pour cette édition 2020. Dans la version britannique, Le Cinquième Élément baigne désormais dans des teintes ambres/dorées relativement éclatantes. La température des couleurs est plus chaude qu'auparavant là où la version de Sony Pictures apparaît plus froide et plus dure. Les couleurs primaires sont plus vives. Les teintes chair apparaissent plus chaleureuses et le rendu globalement plus "filmique", moins vidéo. Les noirs sont un peu moins profonds sur la version de Studiocanal ce qui permet aux zones à faible luminosité de respirer davantage, avec plus de douceur. En revanche, les hautes lumières jaillissent avec plus d'éclat et de brillance, avec un écrêtage différent. Cela offre à l'édition britannique un rendu plus lumineux et piquant. L'édition Sony Pictures apparaît - sur la gestion de ses couleurs - plus sobre et solennelle.

Ce sont deux propositions finalement différentes pour un seul et même film, sur la base d'un matériel source a priori identique. S'il fallait choisir, l'édition de Studiocanal semble détenir plus d'éléments en sa faveur. Mais l'appréciation des couleurs conserve une part importante de subjectivité. Et on peut penser que certains préféreront l'édition américaine de Sony Pictures aux teintes plus froides et à la netteté artificiellement exacerbée.

Qualité Audio

Les deux films ont le mérite de bénéficier d'une version originale Dolby Atmos (core lossless TrueHD 7.1, 24-bit, bitrate moyen de 4251 kbps) identiques à l'écoute. L'édition Sony Pictures a toutefois le clair et net avantage de bénéficier d'une VF DTS-HD Master Audio 5.1 avec des sous-titres anglais, français et espagnol. Ce n'est malheureusement pas le cas de l'édition britannique (VO et ST anglais only). Le disque britannique ne s'adressera donc pas au plus grand nombre d'entre vous.

Bonus

Il n'y en a pas. Il s'agit d'une édition totalement minimaliste.

Conclusion

Ce test était atypique. Le Cinquième Élément bénéficie aux USA chez Sony Pictures d'une édition 4K Ultra HD Blu-ray bien plus complète que l'édition britannique avec à la fois des bonus, une VO Atmos et une VF DTS-HD Master Audio 5.1. Mais en matière de restitution vidéo, l'édition 2020 de Studiocanal conserve tout de même son avantage.

En espérant que Gaumont puisse un jour satisfaire le marché français avec une édition qui réunira le meilleur des deux disques. On peut toujours espérer. A suivre...