Test 4K Ultra HD Blu-ray : Ça (2017)

Publié le par la Rédaction



Adapter au cinéma une oeuvre horrifique classique, signée du maître de l'épouvante en personne (Stephen King), n'était pas une mince affaire. Et le jeune réalisateur Andy Muschietti a su relever le défi avec brio. La réussite de Ça repose en grande partie sur son casting et cette jeune troupe d’acteurs qui nous rappelle celle de Stranger Things. Comme la série, cette production joue à fond la carte de la nostalgie. L'amitié liant les jeunes personnages est palpable. On s'attache rapidement à eux. Si Ça ne va peut être pas jusqu'au bout de ses intentions initiales, il s'agit d'une entreprise globalement réussie. Mention spéciale à la performance de Bill Skarsgard qui incarne Pennywise le clown. Frayeurs garanties...

Ça est disponible en France depuis peu chez Warner Home Vidéo en édition 4K Ultra HD Blu-ray. Revenons dès maintenant sur les prestations de ce vidéo disque.





NB : Les comparatifs image (compression .jpg, 8-bit) sont strictement à usage illustratif et sont non représentatifs de ce que l'Ultra HD Blu-ray diffusera sur votre écran UHD HDR calibré.

Qualité Vidéo

Ça a été tourné en numérique à l'aide de caméras Arri Alexa (2.8K et 3.4K). Le master intermédiaire a été ramené et supervisé en 2K. L'édition Ultra HD Blu-ray présente le film dans une version mise à l'échelle en 2160p. La compression se trouve sans surprise en HEVC. Warner propose les technologies HDR10 et Dolby Vision pour les détenteurs de téléviseurs compatibles.

En Blu-ray comme en Ultra HD Blu-ray, on est en face d'images très soignées. Douces, sans aucune forme de grain, les images de Ça respirent la jeunesse. Ce film nous plonge dans une ambiance agréable, colorée, presque saine, avec de nombreux plans se déroulant en extérieur jour. C'est l'ambiance de la ville faussement ordinaire de Derry. Et lorsque les passages les plus horrifiques surviennent, notamment dans le monde souterrain de Pennywise le clown, la violence s'impose de manière d'autant plus choquante à l'écran. L'étalonnage réalisé nous plonge ainsi dans une ambiance qui sait à la fois se montrer tantôt nostalgique (très 'eighties'), avec des couleurs vivement saturées (vert sur les feuilles d'arbre, bleu du ciel, chaleur estivale), tantôt horrifique. Le color grading a été supervisé par Stephen Nakamura qui a déjà collaboré avec les plus grands metteurs en scène dont Martin Scorsese ou encore Ridley Scott.

Master 2K oblige, l'apport en matière pur de netteté se trouve très relatif. Tout juste peut on noter la présence d'un léger voile de netteté supplémentaire. Mais pas de transcendance non plus avec le Blu-ray. Les différences s'établissent surtout au niveau de l'étalonnage HDR. Les couleurs primaires bénéficient d'une vibrance accentuée. Par exemple : le rouge du ballon du Clown ou celui de ses lèvres sanguinolentes. Les tons chairs des jeunes acteurs se révèlent plus chaleureux. Les plans en basse lumière respirent mieux, avec des détails lumineux accentués et qui ressortent davantage à l'écran. Mention spéciale à la scène durant laquelle la jeune Beverly s'isole dans la salle de bain. Les rouges quasi phosphorescents déployés qui ressortent magistralement en HDR nous rappellent certains plans iconiques issues de Carrie et Suspiria.





















Qualité Audio

Warner a fait les choses en grand. Il propose sur cette édition des pistes DTS-HD Master Audio et Dolby Atmos (TrueHD) à la fois pour la version originale et française. De quoi contenter le plus grand nombre.

La musique et le son ont toujours été des éléments clés de l'expérience horrifique au cinéma. La bande-son participe activement au récit et c'est elle qui nous fait frissonner tout au long du film avec des effets particulièrement réussis. Le film s'adonne à de nombreuses reprises aux classiques effets jump-scares qui viennent vous faire bondir de votre siège avec des hausses soudaines et détonantes de dynamique. Sur ce registre, le mixage de Ça est diablement efficace. Le sound design réalisé nous laisse apprécier une multitude d'effets sonores horrifiques (grognements venus d'outre-tombe, rires et chants d'enfants). On adore. Lors des séquences horrifiques, les différent canaux usent de leurs atouts pour générer l'angoisse pure: les attaques soudaines et autres rires démoniaques du clown ne manqueront pas de vous surprendre.

La bande originale de Wallfisch est efficace elle-aussi dans la manière dont elle fait écho aux scores des films des années 80, et particulièrement ceux d'Amblin Entertainment (Jurassic Park, The Goonies, E.T, etc.) . Comme si la partition souhaitait endormir le spectateur dans un faux sens de confort et de nostalgie avant de lui asséner des coups d'effroi.

La spatialisation est soignée. Les sonorités - effets, ambiances et éléments musicaux - sont distillés aux différents recoins de votre installation avec un enveloppement palpable dès les premières minutes du film. A tel point que la pluie torrentielle et les orages qui s'abattent à Derry à l'entame de l'aventure nous donnent réellement l'impression qu'il pleut dans la pièce d'écoute. Ce sont finalement des pistes très ouvertes, très généreuses en ambiance, et qui, soyons clair... vous flanqueront la trouille !





Bonus
- "Grippe-Sou est de retour !" (HD - 16.25 minutes)
- "Le club des losers" (HD - 15.42 minutes)
- "La maître de la peur": entretien avec Stephen King (HD - 13.51 minutes)
- 11 Scènes coupées

Conclusion

Ça fait à nos yeux partie des belles surprises cinématographiques de l'année 2017. Techniquement, Warner propose une très belle édition, pour ne pas dire un sans-faute avec une présentation 2160p irréprochable (en dépit d'un master 2K) et des bande son Dolby Atmos qui assurent le spectacle. De nouveau, une édition HAUTEMENT RECOMMANDEE.