Test Blu-Ray : Minority Report

Mercredi 31 Mars 2010 à 00h00 par la Rédaction


Test Blu-Ray : Minority ReportSorti en salle en 2002 et réalisé par l’illustre Steven Spielberg, 'Minority Report' s’est imposé à nos yeux comme un excellent film de science-fiction. Tout était effectivement réuni pour faire de ce long métrage une belle œuvre d’anticipation. Et ce fut le cas à nos yeux. Tout d’abord l’histoire. Elle est basée sur une nouvelle de Philip K.Dick, un des auteurs de science-fiction les plus prolifiques de sa génération et à l’origine de monuments tels que 'Blade Runner' pour ne citer que lui. Ensuite, le réalisateur : Steven Spielberg, qui a généré les plus gros succès financiers de l'histoire du cinéma et qui au fil des années a su démontrer qu’il était l’un des maîtres du septième art – au moins dans son versant le plus divertissant. Minority Report représente surtout la première collaboration entre Steven Spielberg et Tom Cruise et s’assimile sans l’ombre d’un doute comme le divertissement le plus sombre et réaliste qu’ait réalisé à ce jour le metteur en scène de 'Rencontres du Troisième Type'.

L’histoire se déroule à Washington en 2054. La capitale a réussi à mettre fin à la criminalité. Les agents du Précrime sont dans la capacité, en s’appuyant sur les visions du futur émanant de trois individus précognitifs, d’emprisonner les criminels s’apprêtant à commettre un meurtre, avant même que celui-ci ne soit réalisé. L’agent John Anderton, chargé d’interpréter les visions des précogs, affronte malheureusement l’impensable. Il se voit lui-même désigné comme futur assassin. Les visions des Précogs étant considérées infaillibles, il prend alors la fuite car menacé d’emprisonnement. John Anderton va vite se rendre compte de l’existence d’un véritable complot qui s’est tramé autour de lui et de sa famille. Et si le système Précrime se révélait corrompu au plus haut niveau ?

'Minority Report' s’impose d’abord comme un bon divertissement. Steven Spielberg a su s'amuser, grâce au travail d’écriture du scénariste Scott Franck qui a duré deux ans, avec une intrigue bien ficelée surfant sur les grandes lignes de la nouvelle de Philip K.Dick. En tant qu’œuvre de science-fiction, le film s’impose aussi grâce à son univers visuel, à la fois futuriste mais probable. L’histoire se déroule au 21ème siècle dans une société orwellienne. Les technologies, que nous apercevons en 2010 petit à petit, ont pris un tel essor qu’elles dominent la vie quotidienne des générations du futur aperçues à l’écran. Si le citoyen moderne bénéficie vraisemblablement d'un niveau de sécurité renforcé, ce gain sécuritaire s’est accompagné d'une perte profonde de ses libertés. La publicité par exemple est devenue ciblée et personnalisée. Elle a envahi tous les espaces possibles. Des détecteurs rétiniens permettent de géolocaliser 24h sur 24h chaque citoyen. Au nom de la sécurité, les grandes institutions sont devenues capables de s’introduire au cœur même de l’intimité de chacun. L’univers dépeint par Steven Spielberg nous évoque en ce sens l’image d’un nouvel ordre mondial aussi omniscient qu’effrayant.

En posant de façon imagée les bases d’une société en devenir, à la fois effrayante mais malheureusement probable, Spielberg signe un divertissement particulièrement réaliste et doté d’une perspective sociologique intéressante. Peut-on effectivement imaginer une société moderne ayant totalement aboli la criminalité ? Quelles en seraient les répercutions sur nos libertés et intimités ? Tout le monde aimerait savoir ce que l’avenir réserve à la société. Et bien Spielberg quelque part est parvenu d’une manière très réaliste à l’illustrer. Ses références sont bien connues : « La prophétie de George Orwell se réalise vraiment, pas au 20ème siècle, mais au 21ème siècle. Big Brother nous surveille » déclare-t-il ouverturement dans l'interview présente au sein de cette édition Blu-ray Disc. Voilà qui en dit long de la vision faite par l’un des plus grands noms du cinéma contemporain sur la société actuelle et ses évolutions.

Froid, sale, destabilisant, le monde futuriste dépeint dans 'Minority Report' est à la fois prévisible et inquiétant. Les vraies menaces sont devenues invisibles. Les plus infimes libertés ont été abolies. 'Minority Report', au travers la quête de vérité et d’humanité du héros, est un vrai film de science-fiction. Celui-ci est riche d’une critique sociale évidente, d’une petite dose d’humour très appréciable, d’une bande originale de John Williams qui évoque à elle-seul un univers fait uniquement de noir et de blanc, et de beaucoup de suspens. L’étalonnage fut à l’époque inédit et la mise en scène Spielbergienne nous inspire encore très franchement l’admiration.

C’est pour nous un film à voir et à revoir.

Qualité Technique

Qualité Vidéo

L'oeuvre originale et le Bleach Bypass

Avant d’entamer directement notre critique sur la qualité de ce transfert, revenons tout d’abord sur la manière dont on a été réalisé 'Minority Report', car les choix artistiques appliqués à l’époque par Spielberg et son directeur photo, Janusz Kaminski, permettent d’expliquer la qualité inédite et déstabilisante du rendu disponible sur ce Blu-ray. Spielberg est très clair à ce sujet. « Je voulais que ce soit mon film le plus laid, le plus sale. Je le voulais sombre, avec beaucoup de grain et qu’il soit vraiment froid. Ce n’est pas une aventure chaleureuse comme A.I. C’est le monde rude et réaliste du film noir ». Pour réaliser à l’écran cette volonté, Janusz Kaminski a proposé au réalisateur un procédé d’étalonnage particulier connu sous le nom de « Bleach Bypass ». C’est un procédé argentique qui une fois appliqué à la pellicule permet de relever les couleurs claires au maximum et noircir les couleurs foncées de la même manière. Il en résulte des couleurs ultra-froides à la saturation minimisée et des contrastes totalement endurcis. Sans oublier un grain argentique rehaussé. De par la nature de cet étalonnage, 'Minority Report' n’est pas un film censé éblouir vos pupilles avec des couleurs pleines de vie, à la Pixar. Contrairement à ce qu’on peut lire parfois , de-ci de-là, la colorimétrie n’est sur ce film aucunement radieuse ; c’est tout le contraire en fait...

La remasterisation 4K

Pour ce Blu-Ray Disc, 'Minority Report' a bénéficié d’un nouveau master haute définition. C’est la société Laser Pacific qui s'est chargé du processus. Cette société a dévoilé, dans un précédent point presse, comment a été abordée cette remasterisation. Il faut donc savoir que le master a été réalisé depuis une copie antérieure à l'application du procédé Bleach Bypass. Il a donc fallu à Laser Pacific de rétablir et ajuster, par de nouveaux procédés numériques, cet effet particulier. Un Over-scan 6K de la pellicule 35mm originale a été réalisé. Les images finales ont été générées en 4K et le procédé a permis à l’équipe de conserver toutes les informations contenues dans le négatif original. Le master a été conçu et finalisé en 4K. En utilisant le logiciel d’étalonnage Baselight, développé par Filmlight, et différents plugins, l’équipe a réussi à ré étalonner les couleurs et ajuster le grain d’image selon les souhaits initiaux du réalisateur. Laser Pacific mentionne même avoir été dans la capacité d’ajuster le niveau de grain et les couleurs scène par scène. On peut donc parler d’un master 4K de très haute précision. Et le résultat a été approuvé par Steven Spielberg en personne.

Caractéristiques

Vidéo : Transfert 1080p MPEG-4 AVC (Débit moyen de 19111 kbps) / Format 2.40
Audio : Anglais en DTS-HD Master Audio 5.1 (Débit de 3912 Kbps / Encodage 24-bit), Français et Allemand en DTS 5.1 (768Kbps / 24-bit), Hongrois, Polonais, Tchèque et Turc en Dolby Digital
Sous-titres : Anglais, Français, Allemand, Tchèque, Hongrois, Polonais, Roumain, Turc...

Le blu-ray

Le disque introduit dans notre platine, quel résultat ? Et bien c’est tout simplement splendide. Mais attention, on vous prévient : le rendu s’accorde avec les volontés initiales du réalisateur. Ne soyez pas surpris devant la granularité abondante de l’image, la présence de quelques poussières pellicule et l’étalonnage des couleurs assez déstabilisant : c’est le choix assumé de Steven Spielberg et il serait en ce sens complètement irraisonnable de s’en plaindre.

Le piqué de l’image est d’une solidité redoutable sur ce transfert. Il permet de mettre en exergue la sublime photographie du film et la précision des effets spéciaux conçus par ILM. Il est clairement difficile d’imaginer une image encore plus piquée que celle qui nous est offerte sur ce Blu-ray. A cela s’ajoutent des contrastes à très haute valeur ajoutée. Les noirs sont par exemple d’une solidité à toute épreuve. Les plans restent eux même très lumineux. Le rendu se veut très texturé et la profondeur de champ étonne véritablement sur ce film avec de nombreuses séquences qui très franchement se prêteraient parfaitement à un visionnage 3D relief. Car les arrière-plans (parfois noyés d’espaces publicitaires futuristes) prennent littéralement vie à l’écran tandis que le niveau de définition des premiers plans, offre le luxe d’offrir une multitude de détails : boule de l’Oracle, casques de policiers, jusqu’aux gants électroniques de Tom Cruise sans oublier son poil de barbe naissants. Le rendu, certes tributaire des choix originaux de la photo (gros effets de lumière, changements subtils de teinte...), est tout simplement exceptionnel. C’est un étonnant transfert qui a su réaliser l’improbable : révéler la beauté inhérente d’une œuvre qui a été conçue, selon les dires du réalisateur, pour être laide, froide et granuleuse.

Qualité Audio

Sans forcément imposer une expérience acoustique hors-norme, Minority Report, proposée en VO DTS-HD Master Audio 5.1 (profondeur 24-bit) ne déçoit pas. La bande son ne manque aucunement d’atouts et profite de sonorités (signées Gary Rydstrom) assez inédites associées aux différents accessoires, moyens de transport et instruments futuristes aperçus dans le film. Sans être totalement survoltée, la dynamique reste plaisante avec quelques scènes de poursuite qui vont imposer dans votre espace d’écoute de jolies hausses d’énergie acoustique. La scène arrière est bien active et participe pleinement à l’activité 5.1 durant les moments les plus intenses. Le registre grave ne démérite aujourd’hui aucunement. Les basses fréquences, très solides durant le métrage, descendent vraiment bas et répondent de manière très présente. Prenez l’exemple de la première scène d’arrestation au cours de laquelle le caisson de basses accompagnant l’arrivée de l’équipe des précrimes depuis un aéronef futuriste vient véritablement alourdir votre espace en basses fréquences. Remarque identique avec les fameux pistolets sonores (aperçus durant la séquence de l’usine automobile) qui vont bombarder votre salle dédiée d’ondes joliment renforcées en grave, avant de bousiller à l’écran leur victime.

Aussi variés que les images, les sons perçus dans le film affichent un niveau de texture qui ne déplait aucunement. L’univers sonore reste fluide et aéré, sans tomber forcément dans le destructeur et le sur-artifice. La bande son reste finalement quelque peu à l’image de la bande originale de John Williams : discrète mais s’accordant quelques vrais moments amples et énergiques.

La VF est présentée en DTS 5.1. Elle constitue peut-être le point critique de cette édition, affichant un rendu général beaucoup plus étriqué. Les basses descendent beaucoup moins vers le bas et les sonorités se montrent davantage lissées que percutantes. Cela reste tout de même une jolie piste DTS-mi débit mais au rendu toujours inférieur à celui offert en VO DTS-HD Master Audio 5.1. En somme : pas de surprise.

Bonus

Le futur selon Steven Spielberg : un guide interactif sur Minority Report (HD – 34.01 minutes)
C’est en fait une interview du réalisateur réalisée peu avant la sortie du film en salle en 2002. L’interview d’époque a été recomposée exclusivement pour ce Blu-Ray. Il ne s’agit pas d’une interview statique, car outre les propos tenus par Steven Spielberg, le bonus vous ouvre l’accès à d’autres featurettes d’une façon pleinement interactive. On retrouve ainsi storyboard et croquis, interviews de l’équipe et des acteurs ainsi que les coulisses du tournage. L’interview en elle-même de Spielberg est très intéressante. Le réalisateur aborde l’essentiel : l’origine du projet, sa relation avec Tom Cruise, sa vision du futur, la composition de l’univers du film, les décors et les armes, sans oublier la musique et les effets spéciaux (avec 450 plans ayant bénéficié d’effets numériques). Excellent document.

A l’intérieur du monde de Précrime (HD – 10.08 minutes)
C’est une forme de documentaire présentant de façon presque publicitaire Précrime, à la base de toute l’histoire de Minority Report.

Philip K. Dick, Steven Spielberg et Minority Report (HD – 14.15 minutes)
On revient ici sur l’auteur Philip. K.Dick, sa biographie avec des témoignages de sa fille et d’un célèbre biographe.

Minority Report : le futur réalisé (HD – 6.19 minutes)
On aborde ici les technologies de pointe qui ont directement inspiré Spielberg. On nous présente par exemple le logiciel G.Speak accolé à un écran assez impressionnant piloté des doigts de la main d’un ingénieur. Comme quoi le futur vu dans Minority Report n’est pas aussi invraisemblable qu’il n’y paraît !

Minority Report : les objets du futur (HD – 9.40 minutes)
On revient sur tous les accessoires plus ou moins futuristes aperçus dans le film : boule de l’oracle, gants électroniques, casque en fibre optique des précogs, scanner rétinien jusqu’aux fameux yeux de Tom Cruise…

Les meilleurs moments de Minority Report sur le plateau (HD – 8.57 minutes)
Deux séquences sont traitées en profondeur : la séquence en Hoverpack et celle de l’usine automobile. L’occasion vous est donnée de profiter d’un aperçu des coulisses du tournage.

Prévisualisations (HD – 3.47 minutes)
Deux séquences où l’écran se divise en deux parties : scène de prévisualisation et scène finalisée.

Bonus 2002 (SD)
Les bonus déjà présents sur la précédente édition DVD :
- De l’Histoire à l’écran
- Déconstruction de Minority Report
- Les cascades de Minority Report
- ILM et Minority Report
- Rapport final : Steven Spielberg et Tom Cruise

Archives
- Dessins, croquis et photos du film
- Les séquences du Storyboard
- Bandes annonces

Conclusion et Screenshots HD

Conclusion

Test Blu-Ray : Minority ReportFox a signé une énorme édition Blu-Ray Disc pour ce 'Minority Report' qui préfigure l’arrivée progressive en Blu-ray des œuvres de Steven Spielberg. On espère d’ailleurs qu’une seule chose : que tous les films du réalisateur puissent bénéficier du même traitement. Le transfert est irréprochable, le film ayant bénéficié d’une toute récente remasterisation 4K. La piste DTS-HD Master Audio 5.1 en version originale ne déçoit aucunement. Tous les bonus sont présentés en HD. L’éditeur a même réintégré les suppléments de la précédente édition DVD et les a rendus interactifs en les associant d’une jolie manière avec l’interview exclusive du réalisateur présente sur ce disque. Un mot enfin sur les menus : vraiment soignés, ils reprennent à leur compte le style très futuriste de Minority Report.

Disponible à petit prix dès le 28 avril prochain, on vous recommande très chaleureusement ce Blu-Ray Disc qui très franchement se montre totalement indispensable ; particulièrement si vous aimez comme nous le cinéma à grand spectacle, la science-fiction, Steven Spielberg et les nouvelles technologies.

Commandez le Blu-ray Disc de Minority Report à 15.01€ sur Amazon.fr

ScreenShots HD (Extraits redimensionnés en 1280 x 720 pixels et encodés au format .jpg)

Test Blu-ray : Minority ReportTest Blu-ray : Minority ReportTest Blu-ray : Minority ReportTest Blu-ray : Minority ReportTest Blu-ray : Minority ReportTest Blu-ray : Minority ReportTest Blu-ray : Minority ReportTest Blu-ray : Minority ReportTest Blu-ray : Minority ReportTest Blu-ray : Minority Report