La Nintendo Switch piratée : Une promesse de futures applications multimédias ?

Mardi 13 Fevrier 2018 à 10h25 par la Rédaction


La dernière console de Nintendo, la fameuse Switch, a été lancée sur le marché le 7 mars 2017. Un groupe de pirates, dénommé Fail0verflow, vient d'annoncer être parvenu à faire fonctionner une distribution Linux sur la Nintendo Switch, en exploitant une faille affectant la boot ROM de l'appareil. Il s'agit d'une information majeure qui laisse imaginer la possibilité à l'avenir pour les utilisateurs les moins scrupuleux de faire fonctionner une multitude d'applications sur la machine.

Il faut dire que la console hybride de Nintendo peut à la fois être utilisée en mode tablette ou en mode ordinateur ce qui étend ses possibilités. Rappelons également que la Nintendo Switch est équipée d'une puce Tegra X1, le même SoC ARM signé NVIDIA que l'on retrouve sur le boîtier Shield Android TV du géant californien. On vous laisse imaginer mais la possibilité d'exploiter la Nintendo Switch en tant que boîtier multimédia aux multiples usages n'est donc plus totalement improbable.

Informé de l'existence de cette faille, Nintendo doit sans doute, et d'ores et déjà, travailler sur le développement de mises à jour de sécurité. Mais n'est-ce pas déjà trop tard ?

A suivre....